MOBILITES DOUCES : LES 100 PROPOSITIONS DU COLLECTIF CITOYEN pour BOURG DE PEAGE.

Les nouvelles équipes d’élu(e)s affichent un intérêt pour la question des mobilités douces. Mais, si tout le monde veut des trottoirs sécurisés pour les enfants et seniors, des bandes cyclables, des arbres, il suffit qu’un riverain crie un peu plus fort que les autres pour conserver un bout de trottoir pour stationner sa voiture, et c’est tout un projet d’intérêt général qui risque de tomber à l’eau.

Il faut donc beaucoup de pédagogie et de courage politique pour faire bouger les lignes !

Cumulant des dizaines d’années de retard sur ces questions, Romans et plus encore Bourg de Péage sont à la traîne sur les aménagements cyclables.

Sur la dernière enquête de la FUB, Bourg de Péage est la lanterne rouge de la Drôme en matière de mobilités douces, avec Montélimar.

Beaucoup de voiries ne disposent pas d’un trottoir sécurisé pour les piétons. Sans parler du manque d’ombre et de végétation, ou encore le problème du handicap.

RETROUVEZ ICI EN TELECHARGEMENT LE DOCUMENT DES 100 PROPOSITIONS DU COLLECTIF, nommé « le grand détournement ».

Le dossier des 100 propositions, de nombreux photomontages vous donneront une idée sur ce à quoi pourrait ressembler votre ville.

Les manières de procéder :

Lorsqu’une ville décide de mettre en place un aménagement cyclable, 3 approches prédominent.

  • Certaines villes, comme Valence, expérimentent leurs aménagements en dessinant des bandes jaunes provisoires. Ils attendent les remontés des habitants et cyclistes avant de poser les aménagements définitifs.
  • D’autres, comme Bourg de Péage, consultent les riverains avant même de procéder à l’expérimentation. Avec l’avantage de pointer en amont les difficultés, mais avec le risque que chacun défende son pas de porte, la population n’ayant pas encore cette culture vélo, le risque est grand que l’intérêt individuel et le statut quo ne l’emporte sur l’intérêt collectif.
  • Enfin, certains estiment qu’il n’y a pas à transiger sur la sécurité et la qualité de l’air, installent les équipements directement avec l’avis d’experts spécialisés sur un schéma global, pour plus de cohérence et de continuum entre les différents équipements, comme c’est le cas à Grenoble.

Quoiqu’il arrive, il est préférable de réaliser les aménagements et expérimentations en début de mandat pour éviter les polémiques et le clientélisme à l’approche des élections.

Sur l’avantage que procurent les mobilités douces :

Certains politiques n’y voient qu’une lubie d’écologistes, alors que le problème des mobilités est aussi en train de devenir un problème social à mesure que les coûts du transport augmentent : la crise des gilets jaunes l’illustre.

Le prix de l’essence est un peu redescendu à cause du Covid, mais il pourrait vite dépasser les 2€ le litre.

Par rapport à la voiture, le vélo ou les transports en commun sont des alternatives beaucoup plus saines pour la santé comme pour le porte monnaie, aussi plus conviviales et parfois plus rapide, notamment aux heures de pointe.

Par exemple, certains couples ont fait le choix de supprimer un véhicule sur 2. Quand on sait qu’un véhicule, de l’achat, aux assurances, l’essence, les réparations, c’est environ 5000€ par an, ça donne matière à réflexion. Mais beaucoup n’osent pas franchir le pas à cause de la sécurité des voiries.

D’autre part, on oppose souvent la voiture aux cyclistes, les cyclistes aux piétons, mais même les automobilistes ont tout à gagner à la progression des mobilités douces : davantage de mobilité douces, c’est aussi beaucoup moins de bouchons, et beaucoup plus de places de stationnements disponibles.

Nous faisons beaucoup de vélo, mais il nous arrive aussi de prendre la voiture quand on ne peut pas faire autrement !

La construction d’un 4e pont sur l’Isère est souhaitable mais ne résoudra pas le problème. Par expérience du pont des Allobroges, ce type d’infrastructure génère de nouvelles constructions immobilières, zones commerciales, qui généreront à leur tour du trafic supplémentaire.

Sur l’objectif :

Le modèle à suivre, ce sont les villes du nord de l’Europe, avec des mix transport piéton/vélo/voiture/transports en commun à parts égales. Nous en sommes encore très loin, la voiture est omniprésente. Mais ça viendra, il faut s’y préparer dès à présent.

Pour réaliser cela, il faudra reprendre possession d’une partie de la voirie privatisée par la voiture, et en plaçant certaines routes en sens unique lorsque celles-ci n’ont pas la place de placer un trottoir sans discontinuité.

Des sens de circulations repensés, en reprenant une partie de l’étude Ascode (2011).

Sur le collectif citoyen :

A Romans, le collectif citoyens a fait le choix de présenter une liste aux élections municipales. A Bourg de Péage, nous avons pour l’instant fait le choix de faire bouger les lignes de l’intérieur en proposant des idées et des actions citoyennes, et en suscitant le débat dans l’opinion. Le collectif de Bourg de Péage est peut être moins clivant politiquement, les partis politiques ne s’y affichent pas. Nous n’en sommes pas moins turbulents, et la ville en a bien besoin !

Pour information, un autre groupe d’idées est en train de se monter sur la question de la plantation des arbres, qui recoupe aussi la question de la gestion de l’eau et des espaces verts. Prenez-en part !

Sur le rapport avec l’APAV :

Certains membres du collectif citoyen travaillent aussi pour l’association à Pince et à vélo (APAV), une association membre de la FUB. Le collectif citoyen traite de toutes les questions citoyennes, l’APAV est centré sur les mobilités douces. Ensemble, nous avons rédigé un document qui regroupe des propositions pour une centaine d’aménagements cyclables et piétons à Bourg de Péage (un autre à Romans). Ce document est mis à jours continuellement, vous pouvez aussi nous faire remonter vos propositions.

Nous travaillons avec les services techniques de la ville et les élus pour voir ce qui est réalisable, faire remonter les points noirs, aider à prioriser les aménagements en fonction des urgences, et confronter des idées à l’occasion d’une réfection de voirie.

L’APAV, organisera « une vélorution » (rassemblement vélo) le 29 mai qui passera à Bourg de Péage, et si les restrictions liées au Covid s’améliorent, nous travaillerons avec la ville pour l’événement national « Mai à Vélo » avec des animations, des ateliers de réparation, etc etc.

Baptiste PIERRE, pour le collectif Citoyen et l’APAV.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Wordpress Social Share Plugin powered by Ultimatelysocial
%d blogueurs aiment cette page :